Réseaux sociaux

  • Facebook Clean
  • White Instagram Icon
  • Twitter Clean

RESTER INFORME DE L'ACTUALITE DU SITE

Me contacter

 

francois.spreux@free.fr

Etapes de la réalisation d'un tableau

Voici un exemple de réalisation d'un tableau. Cela n'a absolument pas la prétention d'être une leçon et n'est là que dans le but d'informer sur ma façon de procéder...

Histoire d'un tableau:

Une fois la toile achetée, je l'enduis avec du blanc acrylique (Gesso) 4 ou 5 couches.
Je ponce ensuite la toile avec du papier de verre à l'eau (double zéro)de façon à obtenir la surface la plus lisse possible.
Je compose ensuite mon dessin sur un calque (l'avantage et que je peux ensuite repositionner le dessin à ma guise et que je n'ai pas à gommer la toile qui reste vierge de toute trace).
Je transfère le dessin sur la toile en repassant un crayon gras derrière.

Le rendez-vous manqué (24 cm x 33 cm) après une 15aine d'heures de travail.

  • J'utilise la technique des glacis (plusieurs fines couches superposées). J'ai rapidement abandonné la peinture à l'huile (qui demandait trop de temps de séchage entre les différentes couches) pour utiliser la peinture acrylique.
    Avec l'huile, je devais avoir deux ou trois tableaux en chantier, ce qui ne me convenait pas du tout. Avec l'acrylique, je commence une toile et m'y consacre jusqu'à la fin.

  • Les dégradés à l'acrylique, ne sont pas chose aisée à faire si, comme moi, on n'utilise pas de retardateur de séchage... On ne peut pas travailler "dans la matière", sauf en faisant de grosses touches de peinture.

Les dégradés du masque étant difficiles à réaliser, je ne les ai pas gardés pour la fin... Plus vite faits, plus vite tranquille...

  • Donc, pour faire mes dégradés, je commence par mettre la teinte la plus foncée et je place les zones de lumière par touches légères et transparantes, jusqu'à l'obtention de l'effet désiré. J'utilise des pinceaux à aquarelle ayant une pointe très fine, ce qui me permet de faire des hachures presque invisibles à l'oeil nu.

  • Par superposition de teinte, on finit par avoir un rendu acceptable.

Après le masque, je me suis attaqué aux dentelles et perles dorées.

  • Ce qui donne la vie à un portrait humain ou animalier, c'est le regard...
    Pour cette raison, c'est toujours par les yeux que je termine un visage et c'est la partie du tableau que je travaille le plus...

  • La photo d'un canal de Venise est tirée d'une prise de vue couleur que j'avais faite lors de vacances en Italie. A l'aide d'un programme de traitement d'images, j'ai recadré et transformé en noir et blanc la photo originale. J'ai imprimé l'épreuve obtenue et c'est à partir de cela que j'ai travaillé.

La photo est faite avec du noir d'ivoire qui au contraire du noir de mars, ne vire pas au bleu avec le blanc.

  • La photo du canal étant terminée, je me suis dit qu'il manquait quelque chose.. et c'est pour cela que j'ai ajouté un petit papier chiffonné sur lequel sont inscrits le lieu et l'heure d'un rendez-vous dans Venise.

  • Bien sûr, j'ai du recouvrir une partie du travail déjà effectué, mais c'était de ma faute, j'aurais dû réfléchir davantage à la composition avant de commencer mon tableau.
     

  • Pour terminer, je recouvre l'ensemble de vernis medium brillant dilué dans l'eau (1 dose de vernis pour 1 dose d'eau appliqué en plusieurs couches), afin de réhausser les teintes et les contrastes.

Après plus de 100 h de travail, le résultat final, encadré... est visible